Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 17:26
Igor Morski - Book

Igor Morski - Book

Igor Morski - Book - Site.

Pierre Macherey – Gérard Engrand - Citephilo.
 
On respire avec gourmandise le monde d’un Proust, d’un Hugo, d’un Flaubert. Rapidement, les lignes d’apparence calme, enflent, grondent, infiltrent nos pensées avec obstination. L’air s’entête ; c’est un tourbillon de culture qui grouille – là - sous nos yeux. 
Comment ce phrasé « susceptible d’une compréhension immédiate »2* arrive-t-il à nous renverser ?  Comment parvient-il à nous souffler ?

Pierre Macherey a bien une idée.

Le professeur émérite à l’Université de Lille 3 n’a jamais pu se contraindre à délaisser la philosophie au profit de la littérature - et vice versa. Lors de sa conférence au Goethe Institut 1*, le maître ondoyant d’une vivacité délicate nous fait part de cette anecdote délicieuse : 
« Hegel a assisté à sa première mise au programme de l’agrégation. Ses collègues lui disaient : toi tu prendras ‘La Politique’, moi, ‘Spinoza’… Hegel dit : la philosophie n’est pas faite pour être enseignée. » « Il y perdrait sa liberté de penser. » conclut le professeur.
A l’époque, le couloir des disciplines était étanche : la philosophie s’alignait aux côtés des lettres sans croisement possible. 

Cette « séparation des matières : c’est incompréhensible », fustige Pierre Macherey. Effectivement, la raison se révolte contre tout cloisonnement d’un Montaigne, d’un Pascal, d’un Voltaire dans l’une ou l’autre de ces cellules cérébrales. Le penseur se dresse contre les idées escarpées : « J’ai passé ma carrière  - vue en tant que parcours, précise-t-il -  à être incommodé par cette distinction. C’est pénible et dérangeant. J’essaye de colmater la brèche. » Au reste, « il y a des cas où » les frontières dressées « ne fonctionnent pas. » 
Par exemple, de la 6ème à la terminale, ces auteurs ne changent-ils point de statut ? « Une fois mis au rang de la philosophie. Une fois mis au rang des lettres. » Ces orfèvres en bijoux précieux passent au rang des laissés pour compte, des SDF - Sans Discipline Fixe. Condition désœuvrée de textes allongés sur le pavé de l’indifférence, à côté desquels on passe sans s’arrêter, et dont l’insaisissable présence implique une situation hugolienne : précaire, indéterminée, injuste et misérable. 

 

Georgia Russell - Entre deux mondes

Georgia Russell - Entre deux mondes

Georgia Russell - Entre deux mondes

 

Le littérasophe Macherey rythme ses mots à la vitesse de ses lumières. Certains pensent qu’«il y a de la philosophie dans la littérature comme le lièvre dans le pâté. C’est faux. […] Il ne s’agit pas de philosopher sur la littérature mais au moyen de la littérature. A partir de ce qu’elle donne à penser. » A partir de son intensité philosophante.  

Pierre Macherey entre en philosophie littéraire. Voyage en pure littérature, au cœur des raisonnances multiples. Penché sur ses études, l’explorateur en vibrations déambule tel Jules Verne dans l’intimité de son bureau, au centre de lignes étroites, ouvertes sur l’infini. Le marcheur infatigable entame des balades orientales en usage singulier, chasse les idées générales, redoute leur appétit carnassier 3*, se perd dans les dédalles surprenants des temps et des verbes d’un Proust, des pronoms personnels d’un Flaubert. 
«  Je me suis demandé à quoi il faut penser – explicite-t-il - : c’est un travail d’explication de texte. Décortiquer un texte mot à mot, voir comment il fonctionne. » Au contraire des anglais/ américains regardant un texte de loin, en extrayant une phrase, le chercheur étudie les strates du mot. 
La richesse atomique de la matière littéraire. 

 

Pierre Macherey – Proust, entre littérature et philosophie  - Citéphilo 20/11/2013  - médiateur : Gérard Engrand – Goethe Institut de Lille. Merci de son accord gracieux.

Pierre Macherey – Proust, entre littérature et philosophie - Citéphilo 20/11/2013 - médiateur : Gérard Engrand – Goethe Institut de Lille. Merci de son accord gracieux.

Voyage au bout de la nuit n’est ni un miroir contemplatif ni répétitif - une imitation vulgaire - de la vie, c’est un Monde, et plus exactement sa Fosse commune ;
« Céline s’est enlisé » pour l’écrire. Dans un jeu d’ombre foutrement sombre, « il invente une nouvelle façon de façonner et d’enchaîner les phrases. » Saisit l’indicible barbarie de la parole orale transcrite en écriture. Alors l’image se teinte de noirceur, de cruauté, de misérable lucidité. Alors la voûte nocturne s’encre d’une accumulation d’ordure. Alors, le feu sans étoiles incarne une monstruosité vertigineuse où l’âme du lecteur frappée de vertige, paniquée vient à chuter, tomber, s’enfoncer, buter. 

            S’écrase encore - dans ce gouffre de souffre et d’horreur…
 
Les pages provoquent une « étrangeté intérieure », confie le philosophe. Un paradis pour l’explorateur - un enfer pour certains hommes plombés, bouleversés, secoués, déboussolés, laissés dans un état lamentable sur la grève. 


Un écart monde, une transgression aux reflets crépitants, frappants. L’anomalie scintille, chauffe, file, gronde, brûle, carbonise l’entendement. L’errant reniflera avec bonheur l’odeur de la cendre et la suie : strates roussies et grises sur lesquelles poussent les lichens et la mousse.


« Je est un autre. » d’Arthur Rimbaud.
                                                            Trésor national.


« Je préfèrerais ne pas… » de Bartleby.
                                                            Trésor non monnayable.




Le chasseur émérite est un  débuscoeur d’étrangetés.

 

Daniel Essignet - les clous

Daniel Essignet - les clous

Extraits choisis :

1 * Conférence Citéphilo 20/11/2013  - 17h00 à 19h00 donnée au Goethe Institut de Lille. Pierre Macherey – et Gérard Engrand, médiateur.
 Proust – Entre littérature et philosophie
Je me suis confronté à des textes et me suis demandé à quoi il faut penser : c’est un travail d’explication de texte. : Décortiquer un texte mot à mot, voir comment il fonctionne.
Les anglais/ américains regardent un texte de loin, en extraient une phrase.
Mon livre « théorie marxiste de littérature » était venu en son temps. J’étais éberlué par les comptes-rendus des journaux et naturellement bien content.


« A quoi pense la littérature »… Je n’ai eu aucun succès.
J’ai changé le titre « Philosopher avec la littérature »
Penser : personne ne sait ce que ça veut dire. 
Littérature (lieu de pensée philosophique)
forme stylistique. Il faut repérer les anomalies. C’est ce qui est intéressant, fait sens
Valéry (poïétique) un style, c’est une manière de déstructurer la langage. 
Herméneutique : Qu’est-ce qui est caché en dessous ?
Proust : que faire de l’intelligence stylistique ? Existe-t-elle ?
La littérature « oblige » à philosopher.


2 * « Note de bas de page : C’est ainsi qu’on peut lire dans « Drôles de goûts », article publié dans le n°11 de Volontés en novembre 1938 : « Toute œuvre demande à être brisée pour être sentie et comprise, toute œuvre présente une résistance au lecteur, toute œuvre est une chose difficile ; non que la difficulté soit un signe de supériorité, ni une nécessité ; mais il doit y avoir effort du moins vers le plus » (VG, p 140) 
NBP (4) Ainsi cette indication qu’on trouve dans « Drôles de goûts » (art. cit.) : « L’œuvre doit être susceptible d’une compréhension immédiate, telle que le poète ne soit pas séparé de son public possible (tout homme parlant la même langue), abstrait du monde culturel où il vit. Et cette compréhension immédiate peut être suivie d’appréhension de plus en plus approfondies. » (VG, p 140.) Ceci signifie que la lecture d’un texte littéraire se déploie successivement à plusieurs niveaux. [VG = Le Voyage en Grèce, Raymond Queneau, Gallimard, 1973.] » Pierre Macherey – Philosopher avec la littérature P 116 :
 Pierre Macherey – Philosopher avec la littérature – Exercices de philosophie littéraire – Essais Hermann


3* « Je n’aime pas les idées générales, je les redoute. » Conférence Citéphilo 20/11/2013  - 17h00 à 19h00 : Proust – Entre littérature et philosophie

 

La philosophie au sens large
Groupe d'études animé par Pierre Macherey


La philosophie au sens large 
 

---------------------

 

Gai savoir de Raphaël Enthoven et Paola Rayman.
Moby Dick - Melville (Rediffusion du 07.04.2013) à écouter d'urgence !
 

Les Nouveaux Chemins de la connaissance avec Adèle Van Reeth
Peut-on échapper au travail ? (2/4) : L’effet Bartleby
 


Les Nouveaux chemins de la connaissance par Adèle Van Reeth. 

Actualité philosophique : Pierre Macherey.

 

Une figure éclairée de l’impérative examen de l’écrit.  L’irruption du texte touchant nos conscience du doigt.  Pour cette joie confuse du pur plaisir d'écouter, cette rencontre personnelle avec l’étoile de la  lecture, cette présence  - dix fois plus saisissantes, cent fois plus épaisses que les terres continentales... 

 

Proust – Entre littérature et philosophie - Citéphilo 20/11/2013 - Pierre Macherey – Gérard Engrand – Goethe Institut de Lille. Merci de son accord Gracieux.

Proust – Entre littérature et philosophie - Citéphilo 20/11/2013 - Pierre Macherey – Gérard Engrand – Goethe Institut de Lille. Merci de son accord Gracieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le chêne parlant - dans Littérature philosophie poésie
commenter cet article

commentaires

Le chêne parlant 24/02/2014 07:56

Cher CA,

Je vous souhaite la bienvenue sur ce blogue.
Effectivement, je vous rejoins, les exemples illustrant les pensées philosophiques sont souvent les mêmes : issus de la volonté légitime de s’adresser au plus grand nombre, en contrepartie, ces derniers frôlent ou tombent dans les lieux communs.
J’ai lu avec attention les travaux de Yannick Rumpala, ces derniers – notamment ceux concernant le film Dune – ne m’étaient pas inconnus. Ce chercheur aurait-il été invité sur les Nouveaux Chemins ?

De même, Pierre Macherey évoque dans son livre les œuvres de Georges Sand ou les travaux de Michel Foucault à propos de Raymond Roussel, ce qui ne saurait être là non plus des plus « vendeur ».

D’où, sans doute, la confidentialité de ce grand penseur.

CA 23/02/2014 16:23

Toujours la même liste d'auteurs pris en exemple.
La science-fiction peut peut-être offrir une manière originale et nouvelle de pratiquer ce genre d'exercice (Cf. par exemple Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques 4/ 2010 (n° 40), URL : www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2010-4-page-97.htm ).

Les violons longs du chêne. 01/02/2014 19:13

http://www.paroles-musique.com/traduction-Agnes_Obel-Riverside-lyrics,t76935

Bis repetita

k.role 08/02/2014 15:56

ici : http://www.youtube.com/watch?v=jzDKh7Gp9as

k.role 08/02/2014 15:55

pour vous donner une idée du bonhomme voici un poème de Georges Perros (mis en voix par J.J. M).dans son recueil "poèmes bleus" : extrait de l'ode : "Marines" qui chante la Bretagne, dans une langue faite des brisants qui s'écrasent et des ciels qui se soulèvent... bref... bonne écoute : par ici

-j'espère que le lien marche.
bon week end à vous.

Les violons longs du chêne. 01/02/2014 18:43

France culture song...

http://www.paroles-musique.com/paroles-Rebecca_Ferguson-Teach_Me_How_To_Be_Loved-lyrics,p129775

L'oreille du chêne. 01/02/2014 18:27

Que voulez-vous, chère K.role,

Lasse d’entendre des inepties à courte vues et criardes, je tournais la molette de la radio avec l’énergie du désespoir quand, tout à coup - en 1992 – en lieu et place du tohu-bohu habituel, je perçus une mélodie, une voix susurrée - le charme intense de paroles livrées avec douceur à la conscience matinale de l’auditeur.

Ma main s’arrête.
L’onde – 98 point zéro – vibre.
Je crois rêver : ici, pas de douloureuses coupures publicitaires, pas d’interruptions journalistiques sauvages, pas plus d’explosions calculées à fin d’intéresser un public avide de boue, de terre et de vacarme. Pas de délire commercial, de sondages ineptes, de flèches cupides pointées vers le désir du consommateur.

Ici, la lenteur des échanges est traversée de mille pépites respectueuses de l’invité.
Ici, rien ne trouble le ciel végétal et la cervelle avide de délicieux tréfonds.

Je découvrais, je savourais pour la première fois cette radio, tout à fait par hasard, pour ne la plus jamais quitter.


France Culture song…

http://fotoforum.fr/photos/2014/02/01.69.jpg

Le chêne à l'écoute.

k.role 31/01/2014 18:05

philosophie et cinéma, aussi, ici : http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-philosopher-avec-eric-rohmer-44-ma-nuit-chez-maud-c

les sens, le sens : pourquoi les séparés ?

bonne route à vous et à vos semailles.
Carole

Présentation

  • : Le chêne parlant
  • Le chêne parlant
  • : L'éclectisme au service de la pédagogie & L'art de suivre les chemins buissonniers. Blogue de Virginie Chrétien chrétien. Maître formatrice en lien avec l'ESPE de Lille. Rédactrice chez Slow Classes. Partenariat : philosophie Magazine. Écrivaine : La 6ème extinction - Virginie Oak.
  • Contact

Introduction.

L’éducation, dans son étymologie même, c’est : «Educere, ex-ducere, c’est conduire « hors de » rappelle le philosophe Henri Pena-Ruiz dans Le Philosophoire. Charles Coutel parle quant à lui d'[Educarea] ēdŭcāre ‘prendre soin de l’ignorance de l’élève’. "Le rôle de l’éducation - dit-il - c’est de me disposer à mon humanité en moi grâce à mon instruction." Ecoutons George Sand… « Mes pensées avaient pris ce cours, et je ne m'apercevais pas que cette confiance dans l'éducabilité de l'homme était fortifiée en moi par des influences extérieures. » George Sand, La mare au diable, Folio Classique, 892, P 37. Ce blogue se propose de partager des outils pédagogiques, des moments d'expériences, des savoirs, des lectures, de transmettre des informations relatives à la pédagogie ordinaire et spécialisée, des idées d’activités dans les classes allant du CP au CM2 en passant par la CLIS. Enfin, on y trouvera aussi quelques pensées plus personnelles. « Notre savoir est toujours provisoire, il n'a pas de fin. Ce n'est pas l'âge qui est le facteur déterminant de nos conceptions ; le nombre de « rencontres » que nous avons eues avec tel ou tel savoir l'est davantage, ainsi que la qualité de l'aide que nous avons eues pour les interpréter... » Britt-Mari Barth, le savoir en construction. ________________________________________________________________________________________________ 1 Le Philosophoire, L’éducation, n° 33, P16 2 P 52, Britt-Mari Barth – Le savoir en construction – Retz – Paris – 2004 – Isbn : 978725622347

Contributions et Partenariats.

Contributions gracieuses : Magazine Slow-classes. Numéro 1 Faire Mouche en géométrie et 2. Le moulinet à vent : mettre des mathématiques dans les voiles. ....... SLOW CLASSES : Slow Classes __________________________________________ Partenariat gracieux Philosophie Magazine. Philomag ________________________________________

Blogs voisins

Silapédagogie silapédagogie Aider ses élèves. com, un site de mathématiques créé par Marc Godin, chercheur en mathématiques, ce dernier est pointu et passionnant. Aider ses élèves . com Document Aider ses élèves . com - document

Emissions à écouter

___ Gai savoir Raphaël Enthoven - Paula Raiman et les indispensables Nouveaux chemins de la connaissance. Gai savoir ................................................................. Les nouveaux chemins de la connaissance - Adèle Van Reeth Les nouveaux chemins d'Adèle Van Reeth

Sites plus

Jaques Darriulat Jacques Darriulat _________________________________________ Philolog Philolog _______________________________________ Le lorgnon mélancolique. Le lorgnon mélancolique