Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 00:06

Lors d'un précédent article, nous en étions à nous questionner sur la façon d'améliorer le processus de conceptualisation chez nos élèves...

 

Partant du principe que les élèves choisissent des attributs inappropriés ou non essentiels, il convient – avions-nous dit - de les aider à déterminer lesquels le sont justement et ce qui les distingue des autres.

 

L’une des méthodologies est l’entraînement à la perception et au questionnement.

 

Quelle est la nature de cet entraînement ?

 

L’une des réponses apportées par Britt-Mari Barth est l’inférence inductive.


Qu’est-ce que l’inférence inductive ?

 

Pas de panique…

 L’inférence inductive, c’est partir d’un exemple unique pour en déterminer une hypothèse qui sera ensuite validée ou non par l’expérience. « L’inférence inductive – nous dit Britt-Mari Barth, l’apprentissage de l’abstraction -  infère une règle à partir d’une information limitée, à partir de l’observation de faits particuliers, des exemples. ».  P 97

 

Concrètement, explique la chercheuse, vous venez d’acheter des bonbons. Votre frère sort de votre chambre en courant, vous en inférez, qu’il vous a « chipé » quelques bonbons.

 

Mais attention, une inférence inductive – non vérifiée par l’expérience -  peut mener à bien des erreurs interprétatives, bien des conclusions erronées. D’ailleurs, cette dernière ne serait-elle pas à la base des idées reçues et clichés de toutes sortes ?  


L’inférence déductive – quant à elle – part de plusieurs exemples pour en déduire une règle.
Par exemple : la tulipe a besoin d’eau et de sels minéraux pour vivre, le haricot, le blé, idem, donc toutes les plantes ont besoin d’eau et de sels minéraux pour vivre.

 

Les deux sont utilisées en sciences. C’est la raison pour laquelle les sciences sont ( cf site LAMAP) – à mon sens un élément essentiel – un outil incroyablement riche – et malheureusement sous-employé -  d’aide à la réussite scolaire. 
 

Les sciences ( par l ‘émission d’hypothèse, par le questionnement qu’elles génèrent) sont un remède aux inégalités d’apprentissage. J’y reviendrai dans divers articles, malheureusement, je ne peux pas tout traiter, tout de suite… dommage…  Mais j’y travaille.

 

Autre remarque de taille, lire un texte, le comprendre, revient à effectuer nombre d'inférences. Travailler   l'inférence n'est donc pas sans conséquences sur des matières telles que le français. Le site de l'Académie de Reims propose un document - livre réalisé par Régis Camus tout à fait intéressant, à feuilletter...

 

Voici une vidéo issue du Ministère de l'Education de l'Ontario, présentant le concept d'inférence lié à la lecture. Steve Bissonnette y est très clair (Il fait référence - dans son travail - à un courant d'enseignement, dit "enseignement explicite").

 

 

 

Petite réserve : Le fait de prendre son parapluie ne permet pas d'inférer la température (puisqu'il peut pleuvoir à 30° ou à 3°, c'est la tenue vestimentaire qui le permet.) Mais ceci n'enlève rien à la qualité du discours.

 

Pour en revenir au sujet qui nous préoccupe, comment procéder ?

 

Britt-Mari Barth part d’un point unique (inférence inductive).

 

Puis à l’aide d’exemples « Wez » (Le lien reprend très fidèlement les exemples du livre. Un exemple "Wez" est en concordance avec le concept à travailler - similaire - il contient tous les attributs du concept à travailler - on l'appelle exemple oui.) et apport d’exemples non « Wez » (dissemblables du concept à travailler - exemples non), l’élève peu à peu, va émettre des hypothèses, se construire sa règle, la vérifier, l’affiner, la modifier, etc.

 
Le but de la démarche est non seulement de se questionner mais de modifier son point du vue (or modifier son jugement – faire preuve de plasticité – est très difficile chez les élèves en difficulté. Et il y a des raisons objectives à cela. Ce n’est pas un hasard si nous en revenons à la plasticité cérébrale - il existe d'autres raisons - je détaillerai plus tard.). Bref, ne pas être enfermé dans son savoir et son jugement mais faire preuve de souplesse, d’invention, d’innovation, voilà une des clés de la réussite scolaire.

 

Voici un exemple concret :

 

Concept de chaise :

 
Nous montrons la photo suivante :

 

 

chaise-bois.jpeg

 Les élèves déterminent sans difficulté qu’il s’agit d’une chaise.
Pourquoi ? Ils donnent les indices qui leur ont permis de produire cette réponse : Elle est en bois dit l’un, elle a quatre pieds dit l’autre. Pour en revenir à l’article précédent, ils évoquent des attributs observables. Nous rebondissons donc sur l’attribut évoqué bois. (Nous aurions pu prendre également celui des quatre pieds).

 

Nous montrons donc une autre image :chaise

 

 

(chaise en fer).

 

 

 

 

 

C'est un exemple Wez (car c’est une chaise, donc un exemple qui vient conforter la règle).

Ici, c’est une chaise aussi, mais elle est en fer, dit l’un. Oui et elle a quatre pieds insiste l’autre. On apportera donc un exemple non Wez ( le tabouret a quatre pieds, et pourtant, ce n’est pas une chaise.). Pourquoi ?

 

tabouret.jpeg Le tabouret a quatre pieds mais « il n’a pas de dossier ». Fait remarquer l’un. Avoir quatre pieds n’est donc peut-être pas un attribut pertinent (au concept de chaise). Ce n’est pas une chaise mais un tabouret. Donc une chaise a forcément un dossier.


chaise-pieds-hauts.jpeg 

Etc. C’est par comparaison d’exemples et de contre-exemples que l’élève va construire, affiner sa définition de l’objet.

 

fauteuil_paille_directoire.jpeg

 

Exemple non wez (fauteuil).
Remarque : Le travail de l’enseignant est essentiel, puisque c’est lui qui va avancer les exemples et contre-exemples pertinents et variables en fonction de la situation (des réponses des élèves).

 

 

En outre, l’enseignant peut « guider » les élèves en posant des questions « élucidantes ». C’est-à-dire des questions qui vont relancer le questionnement, l’émission d’hypothèse, etc. 

 

Conclusion :

L’élève peu à peu va être amené à s’interroger sur ce qui fait la bonne (ou la mauvaise réponse). Il va acquérir des procédures de questionnement, de réajustement qui vont peu à peu s’étendre aux autres matières. Sa pensée va devenir « plastique ».

 

chaise-grenouille.jpegEnfin, un exemple - ou des exemples - différent des autres, va venir conforter la règle.

 

Cette photo représente-t-elle une chaise - ou non ? Pourquoi ?

 

 

 

 Vous pourrez trouver sur ce site issu de l'Académie de Paris, les images reprises ci-dessus. L'exploitation proposée (La chaise, instrument de pouvoir) est différente mais tout aussi intéressante.

 

(Aparté : en philosophie, Platon avait donné la définition suivante de l'homme : bipède sans plume.

Lorsque Diogène le Cynique lui lança un poulet plumé en lui disant : "Tiens, le voilà ton homme.", Platon fut obligé de réviser sa définition, laquelle devint  : "Bipède sans plume avec des ongles plats."

Moralité n° 1 :  Mieux vaut toujours vérifier son hypothèse avant de la généraliser.

Moralité n° 2 : On espère Platon meilleur en philosophie qu'en science .)

 

 Britt-Mari Barth détaille l’enchaînement des opérations mentales qui concourent à l’apprentissage d’un concept (p 97) :

(Ceci n’est pas étranger au travail de Jérôme Bruner, bien sûr ) :

 

a) perception : donner une signification aux sensations, distinguer des différences,
b) comparaison : distinguer des ressemblances en fonction d’un critère qui est de la même nature et du même niveau d’abstraction (par exemple fruits et légumes et non fruits et poivron),
c) inférence : proposer une combinaison constante d’attributs parmi les ressemblances distinguées,
d) vérification de l’inférence : vérifier la constante de la combinaison dans tous les exemples mis à la disposition,
e) répétition de c et d : en cas d’échec de la vérification, modifier la proposition et faire une nouvelle vérification.
 
f) Proposition d’une conclusion et sa vérification (abstraction ou généralisation) (p 101)


On peut donc aider les élèves en les entraînant à la perception (que faut-il voir ?) - p 121, par un  entraînement à la comparaison (On compare : hiver / été… Mer /montagne, en déterminant les points communs et non communs.) - p 128, par un entraînement à l’inférence et à sa vérification - p 131, par un entraînement à l’hypothèse et à sa vérification.
 

L’hypothèse… est tout simplement une extension de l’inférence.

Cela revient, à «  percevoir, comparer, faire des inférences, les vérifier, faire des hypothèses, généraliser… » nous dit-elle page 143 .
En gros, toujours se demander, « Qu’est-ce qui fait la bonne réponse ? », p 150.

 


P 152 : "C’est en aidant l’élève à structurer les éléments pour qu’ils prennent du sens, que l’enseignant est le plus utile. L’interaction verbale avec les camarades, le « conflit cognitif » est également un instrument qui permet, par la confrontation des représentations, d’approfondir la compréhension."


P 61  : "Le rôle de l’enseignant consiste à faciliter la conceptualisation, c’est-à-dire à guider l’élève dans la mise en relation pour qu’il puisse organiser et intérioriser la nouvelle information à partir de ce qu’il sait déjà."

Partager cet article

Repost 0
Published by Le chêne parlant - dans Recherche pédagogique - Sciences
commenter cet article

commentaires

powered cloud 26/09/2014 13:59

I suppose this is a teaching blog and the thing is that it takes a lot of patience and hard work to keep a web site alive and what we need is a web site blog with good posts and article.

the speaking oak 30/09/2014 20:39

No knowledge is ever living as a musician. Like a musical score left on the concrete of the wind, the pages fly, at the option of lost time.

le chêne parlant 27/05/2014 19:36

Chère Isa LC,

Je vous souhaite la bienvenue sur ce blogue.

Britt-Mari Barth est chercheuse de qualité.

Mes branches gardent toujours un œil sur ses travaux, question de fibre...

Excellente soirée à vous.

isa LC 27/05/2014 18:02

merci pour cet article. Je passe le Capa sh dans une semaine et je prépare une séance de sciences d'après les recherches de Britt-Mari Barth dans son nouvel ouvrage "élève chercheur, enseignant médiateur".

Présentation

  • : Le chêne parlant
  • Le chêne parlant
  • : L'éclectisme au service de la pédagogie & L'art de suivre les chemins buissonniers. Blogue de Virginie Chrétien chrétien. Maître formatrice en lien avec l'ESPE de Lille. Rédactrice chez Slow Classes. Partenariat : philosophie Magazine. Écrivaine : La 6ème extinction - Virginie Oak.
  • Contact

Introduction.

L’éducation, dans son étymologie même, c’est : «Educere, ex-ducere, c’est conduire « hors de » rappelle le philosophe Henri Pena-Ruiz dans Le Philosophoire. Charles Coutel parle quant à lui d'[Educarea] ēdŭcāre ‘prendre soin de l’ignorance de l’élève’. "Le rôle de l’éducation - dit-il - c’est de me disposer à mon humanité en moi grâce à mon instruction." Ecoutons George Sand… « Mes pensées avaient pris ce cours, et je ne m'apercevais pas que cette confiance dans l'éducabilité de l'homme était fortifiée en moi par des influences extérieures. » George Sand, La mare au diable, Folio Classique, 892, P 37. Ce blogue se propose de partager des outils pédagogiques, des moments d'expériences, des savoirs, des lectures, de transmettre des informations relatives à la pédagogie ordinaire et spécialisée, des idées d’activités dans les classes allant du CP au CM2 en passant par la CLIS. Enfin, on y trouvera aussi quelques pensées plus personnelles. « Notre savoir est toujours provisoire, il n'a pas de fin. Ce n'est pas l'âge qui est le facteur déterminant de nos conceptions ; le nombre de « rencontres » que nous avons eues avec tel ou tel savoir l'est davantage, ainsi que la qualité de l'aide que nous avons eues pour les interpréter... » Britt-Mari Barth, le savoir en construction. ________________________________________________________________________________________________ 1 Le Philosophoire, L’éducation, n° 33, P16 2 P 52, Britt-Mari Barth – Le savoir en construction – Retz – Paris – 2004 – Isbn : 978725622347

Contributions et Partenariats.

Contributions gracieuses : Magazine Slow-classes. Numéro 1 Faire Mouche en géométrie et 2. Le moulinet à vent : mettre des mathématiques dans les voiles. ....... SLOW CLASSES : Slow Classes __________________________________________ Partenariat gracieux Philosophie Magazine. Philomag ________________________________________

Blogs voisins

Silapédagogie silapédagogie Aider ses élèves. com, un site de mathématiques créé par Marc Godin, chercheur en mathématiques, ce dernier est pointu et passionnant. Aider ses élèves . com Document Aider ses élèves . com - document

Emissions à écouter

___ Gai savoir Raphaël Enthoven - Paula Raiman et les indispensables Nouveaux chemins de la connaissance. Gai savoir ................................................................. Les nouveaux chemins de la connaissance - Adèle Van Reeth Les nouveaux chemins d'Adèle Van Reeth

Sites plus

Jaques Darriulat Jacques Darriulat _________________________________________ Philolog Philolog _______________________________________ Le lorgnon mélancolique. Le lorgnon mélancolique