Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 07:08

220px-Ridolfo Ghirlandaio ColumbusNe pas tomber dans 

« Le … positivisme plus ou moins naïf 

qui prétendrait se borner à « laisser parler les faits » 

Claudine Cohen (1), p 250.

La méthode Zadig, La trace, le fossile, la preuve 

 

On parle de sciences exactes. 

A priori, quoi de plus banal ? De plus anodin ? De plus fiable ? Que l’histoire écrite avec un grand H ? Apprise par cœur, justifiée au nom d’une vérité - objective et inattaquable. Nous désignons l’histoire comme le plus sûr moyen de nous cultiver sérieusement. Au point que nous l’envisageons sous un joug réaliste, celui de faits « avérés », sous l’angle d’une  « Réalité » historique, incontestable. Nous en faisons un objet de savoir idéal. Une religion. Ne parle-t-on pas des « Grandes Leçons de l’Histoire ? » 

 

Mais tout n’est pas aussi simple. Les faits ne sont peut-être pas aussi objectifs  qu’on pourrait le penser.

Ainsi, partons d’une assertion ô combien ressassée : 

 

1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique.

Decouverte_Amerique.jpg 

Information réelle ou interprétation subjective ?

 

Le problème est bien celui-ci : c’est celui de la manière dont nous allons formuler l’histoire. 

 

Effectivement 1492 et Christophe Colomb constituent deux faits indiscutables. 

 

Pour le reste...

discovery_of_the_mississippi-de-soto.jpg

 William Henry Powell (Peintre américain 1823 - 1879), Discovery of the Mississippi by De Soto, 1541. 

 

Qu’est-ce qu’une découverte ? 

      « 1)  Action de découvrir, de trouver, de faire connaître ce qui n'était pas connu. La découverte d'un trésor, d'un pays. Faire une découverte. La découverte de la vaccine par l'anglais Jenner. La découverte de l'Amérique, des satellites de Jupiter.

Fig. Chose nouvelle qu'on aperçoit dans un sujet quelconque.

Voyage de découvertes, navigation dont le but est de trouver des terres, des îles, des baies, des roches, ou, en général, des objets qui étaient ignorés des navigateurs, des géographes, des naturalistes. »

 

2) Terme de guerre et de mer. Aller à la découverte, aller en avant d'une armée navale ou de terre pour trouver l'ennemi, reconnaître ses forces et savoir la route qu'il tient.

Par extension, aller observer ce qui se passe.

Il leur fallait tous les jours des voitures pour aller à la découverte, et ils ne découvraient rien. [Voltaire, l'Ingénu, 13]

Être à la découverte, être à la recherche.

Terme de marine. Bâtiment léger envoyé en avant ou sur les ailes d'une escadre, pour observer les mouvements de l'ennemi. Matelot en vigie au haut d'un mât. »    Littré

 

Pour le « Larousse » :

A) Action de découvrir ce qui était caché, dissimulé ou ignoré ; la chose découverte : Découverte d'un trésor, d'un complot.

B) Action de trouver, d'inventer un produit, un matériau, un système nouveau ; invention : Découverte de la pénicilline.

C) Fait de prendre conscience d'une réalité jusque-là ignorée ou à laquelle on n'attachait aucun intérêt ; révélation : La découverte du monde extérieur par le petit enfant.

D) Personne, artiste révélé récemment au public : Une des dernières découvertes de la chanson.

 

Ces définitions se classent en 2 catégories :

 

1) Découvrir ce qui était caché ( 2- A - B – D et 1 pour partie ) ce qui suppose une volonté implicite ou explicite de la personne cherchant. 

L’exemple 1, de la découverte d’un trésor ou de « la vaccine » suppose un acte volontaire de la part du chercheur. De même, la découverte de la pénicilline souvent citée comme un cas exemplaire d’intervention du hasard (sérendipité) est le résultat d’un travail préalable effectué par Alexander Fleming sur les bactéries. 

L’exemple D d’une « révélation musicale » implique un travail singulier et personnel  - une caractéristique - de la personne elle-même qui engendrera sa notoriété.

 

2) Faire connaître – révéler  - ce qui n’était pas connu ( 1, - C ).

Les cadres des définitions C et 1 correspondraient mieux à la découverte telle qu’on l’entend à propos de Christophe Colomb. Quoi que de placer la découverte d’un trésor sur le même plan que la découverte de l’Amérique soit surprenant - pour le moins - voire sujet à caution. En ceci qu'un trésor enfoui est un objet, qui plus est réellement caché au monde, il est en "sommeil", sa découverte et son appropriation sont légitimes, s'en "emparer" ne fait de mal à personne.

La découverte d'un continent est d'un tout autre ordre.

 

L’étymologie précise :

Étymol. et Hist. 1209 a le descoverte « ouvertement, franchement » (Reclus de Molliens, Charité, 29, 7 ds T.-L.); 1595 descouverte « action de trouver ce qui était ignoré ou caché » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, livre III, 5, p. 995). Part. passé fém. substantivé de découvrir*.

 

Trois remarques - de taille - s’imposent. Première remarque :

 

Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique volontairement.

 

 

Christophe Colomb pensait effectivement trouver une voie plus sûre – ou du moins plus aisée – à fin d’atteindre les Indes. Le voyage sur mer étant – on comprendra pourquoi – moins soumis au brigandage, mais surtout, les voies terrestres faisant l’objet d’octrois ou d’embargos divers et variés de la part des pays traversés. Le commerce étant remis en cause par les turcs, Isabelle se laissa convaincre de la nécessité d’une telle expédition. Il s’agit bien d’une lutte pour l’hégémonie. 

Première leçon, l'inscription narrative de cette erreur, son analyse n'ont pas eu lieu dans l'histoire (ou si peu). L’image du tâtonnement, de l’erreur, succède à l’autre, à une vitesse impressionnante… à une vérité qui nous arrange ?… La proposition a fait place à une autre, plus grandiose, clinquante pour le coup – réjouissante pour les occidentaux que nous sommes. Christophe Colomb – nous autant dire  - avons découvert l’Amérique !

L’assertion suivante : « Christophe Colomb est tombé – par hasard – sur l’Amérique croyant découvrir l’Inde. » serait plus juste. Mais avouez que cela est beaucoup moins « réjouissant ».

Cette découverte « accidentelle » est un exemple – nous dit-on - de  Sérendipité

Soit.

Ce serait l’action de trouver quelque chose d’inattendu. 

Soit.

 

On me rétorquera : peu importe si Christophe Colomb « est tombé sur l’Amérique par hasard », il l’a quand même découverte le premier !

Est-ce vrai ?

 

Deuxième remarque, Christophe Colomb n’était pas le premier.

Dans le sillage des Vikings.

Eif Erikson  Leif vient de découvrir l’amérique qu’il nomme le Vinland (arte)

 

Là encore, les recherches attestent de la fausseté de cette assertion.

Jared Diamond, dans son livre intitulé « Effondrement » rappelle l’occupation Viking de l’Amérique. 

Laquelle a quand même duré  deux décennies. 

La colonisation du « Vinland », littéralement « Pays du vin » par les Vikings est fascinante.

« Les Vikings – écrit Jared Diamond - établirent donc un camp de base sur Terre-Neuve pour y passer l’hiver, afin de pouvoir consacrer la totalité de l’été suivant aux explorations.

Les explorations du Vinland dont l’histoire a conservé la trace furent organisées au départ du Groenland par deux fils, une fille et une belle-fille du même Erik le Rouge qui avait fondé la colonie du Groenland en 984. Leur objectif était de prospecter le territoire, afin d’identifier ce qu’il avait à offrir et d’évaluer son potentiel par la colonisation. D’après les sagas, ces premiers explorateurs emportèrent du bétail à bord de leurs navires, de manière à pouvoir éventuellement établir une colonie permanente dans le pays si celui-ci leur paraissait favorable à leur installation. Par la suite, après que les Vikings eurent abandonné cette idée de colonisation, ils continuèrent d’explorer la côte nord-américaine pendant plus de trois cent ans dans le but de trouver du bois de construction (dont les réserves étaient toujours minces au Groenland) et peut-être d’extraire du fer sur les sites où l’abondance du bois rendait possible la fabrication du charbon de bois (qui lui aussi était rare au Groenland) pour la fabrication d’outils. 

Nous disposons de deux sources d’information concernant ces tentatives de colonisation de l’Amérique du Nord par les Vikings : les comptes rendus écrits et les fouilles archéologiques. Les comptes rendus écrits se présentent essentiellement sous la forme de deux sagas… intitulées La saga du Groenland et La saga d’Erik le Rouge. » p 326 – 327.

 

 

De fait, les vestiges retrouvés ne sont pas minces : 

« Le site de l’Anse aux Meadows, dont la localisation semble correspondre à la description fournie par les sagas  d’un camp connu sous le nom de Leifsbudir est constitué de vestige de six constructions, parmi lesquelles trois vastes résidences pouvant accueillir quatre-vingt personnes, une forge où l’on extrayait la limonite et où étaient fabriqués des clous en fer pour les bateaux, un atelier de charpentier et des ateliers de réparation des navires, mais on n’y trouve ni bâtiment de ferme ni matériel agricole. 

D’après les sagas, Leifsbudir n’était qu’un camp de base dont le lieu avait été choisi parce qu’il permettait de passer l’hiver et de repartir en exploration une fois l’été revenu ; les véritables centres d’intérêts des Vikings doivent bien plutôt être recherché du côté  de ces zones d’exploration qu’on appelle le Vinland. » (2) P 329.

 

 

 

   Pourquoi la colonisation Viking a-t-elle échoué ? 

Les sagas, dit Jared Diamond,  l’expliquent par un manque de tact vis-à-vis d’indiens de plus en plus hostiles. Dès leur arrivée, les Vikings rencontrèrent neuf indiens ; ils en tuèrent huit. Le rescapé revint donc plus tard, accompagné de nombreux autres. « On prétend que Thorvald, agonisant, arracha une flèche de son ventre et déclara : « Il y a de la graisse autour de mon ventre ! Nous avons trouvé un beau pays regorgeant de fruits, mais on ne nous laissera guère en profiter. » (2) p 331 

 

Les vagues de colonisations successives aboutirent toutes au même résultat : les Vikings par manque d’échanges culturels finirent toujours par se mettre les populations autochtones à dos.

       Valhalla Rising, le Guerrier Silencieux. (pour public adulte et vacciné), 

 (Terrible, sombre, magnifique.)

 

On me rétorquera : 

Certes les Vikings ont sans doute été les premiers à fouler le sol américain mais – il y a toujours un mais – ces derniers ne l’ont pas ‘fait savoir’ au ‘reste du monde’, ils n’ont donc pas « Découvert l’Amérique ».

 

D’accord, on veut jouer sur les mots, alors dansons sur les mots !

 

Troisième remarque : 

Christophe Colomb a-t-il fait savoir au reste du monde qu’il avait « découvert » l’Amérique ? 

 

La réponse ne vous surprendra pas, là encore, est négative.

Non seulement Christophe Colomb n’a jamais fait savoir ‘au reste du monde’ qu’il avait « découvert » un nouveau continent, mais plus grave encore, il n’en a jamais eu conscience. La 'découverte' ayant été réalisée après.

 

« En partant – écrivent Pek van Andel et Danièle Bourcieril ne savait pas où il était allé. Il avait cependant vécu la plus grande aventure de tous les temps. Bien qu’il fit quatre voyages aux Indes orientales, il mourut sans savoir qu’il avait découvert un nouveau monde. »  (3) p 95.

 

La définition prodiguée par le Larousse tombe donc.

« Action de découvrir, de trouver, de faire connaître ce qui n'était pas connu. »

 

La règle appliquée aux Vikings, devant – par une honnêteté intellectuelle primaire  - de base - s’appliquer de même à Christophe Colomb. 

Eh bien non, on nous rétorque avec le plus grand sérieux : « OK, il ne l’a jamais su de son vivant… Mais… Mais il est précurseur. APRES LUI LES CHOSES NE SERONT PLUS JAMAIS COMME AVANT ! IL A FAIT PLACE A LA DECOUVERTE DU MONDE ! »

      Rien que ça.   

 

Conclusion : 

      Christophe Colomb est un navigateur qui s’est beaucoup trompé. 

Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique mais « est-tombé-dessus-par-hasard-en-croyant-trouver-l’Inde-sans-jamais-réaliser-son-erreur. »

 

Il a accosté sur des îles américaines, les bahamas, proches d’un continent non pas désert mais habité de milliers d’autochtones. Des terres non pas inconnues «  du monde » mais juste inconnues de nous, de notre point de vue idéalo – européano – centré.

 

Comme si ce continent n’avait eu aucune forme d’existence avant notre arrivée ! Comme si les indiens (appelés ainsi par la même confusion de l’Amérique avec l’inde) n’avaient pas eu d’historicité propre (Cela a donné la suite que l’on sait.). 

 INDIENS-SODOMITES-VASCO-NUNEZ-DE-BALBOA.jpg

----------------------------------------

 

Nota Bene : Précisions importantes !

Le but de cet article n’est pas de trancher si « Christophe Colomb a découvert l’Amérique » ou « n'a pas découvert l’Amérique » - je ne suis pas historienne - le but est d’interroger le sens des mots, sur le sens – profond – des choses. Sur ce qu’entraîne tel ou tel vocable. Là je dispose d'une petite compétence car je puis regarder les définitions du dictionnaire et réfléchir. Essayer de comprendre pourquoi le terme de « découverte » a été utilisé - préféré - à celui par exemple de "trouver" ou " tomber sur" n’est donc pas hors de portée.

La valeur de la philosophie tout comme l’enseignement, à mon sens, se situe dans leurs capacités à interroger, leurs encouragements à apprendre – cette invite à penser.  

C’est-à-dire à aller jusqu’au bout du sens de ce qui est dit, à réfléchir sur les mots, sur leurs implications – à saisir les nuances.

Il s’agit – donc – d’un article destiné aux adultes  et exclusivement à eux.

Ce n’est pas un cours d’histoire, bien sûr.

--------------------------------------

 

(2) Jared Diamond – Effondrement – Folio essais – Malesherbes - 2009 – Gallimard – isbn : 978-2-07-036430-5 

P 292 : "… l’abandon forcé par les Vikings de leur colonie la plus lointaine, le Vinland, vers l’an 1000, après seulement deux décennies d’occupation.

… Lorsque des immigrants colonisent une nouvelle terre et se l’approprient, le mode de vie qu’ils y établissent reprend en général des caractéristiques du mode de vie qui était le leur dans leur pays d’origine ; ils puisent dans un « capital culturel » de connaissances, de croyances, de moyens de subsistance et d’organisation sociale accumulés dans leurs pays d’origine. "

p 325 :" La brève existence de la colonie viking la plus éloignée de l’Atlantique Nord, le Vinland, constitue en elle-même une histoire fascinante. Considérée comme la première tentative européenne de colonisation des Amériques, près de cinq cents ans avant Christophe Colomb, elle a fait l’objet de spéculations romantiques et de nombreux ouvrages. Pour le présent ouvrage et ce qu’il entend montrer, les leçons les plus importantes de l’histoire du Vinland sont celles que l’on peut tirer des causes de son échec."

 

(3) Peek van Andel, Danièle Bourcier - De la sérendipité, dans la science, la technique, l'art et le droit, leçons de l'inattendu - Act Mem, libres sciences, ISBN : 9782355130182.

Editions Hermann. Sérendipité, le hasard heureux (tout dépend pour qui). 

-------------------------------------------------------
SITE 
Pour la classe : Histoire
-----------------------------------------------
Les lapins découvrent l'Amérique :

Partager cet article

Published by Le chêne parlant - dans Histoire - Préhistoire
commenter cet article

commentaires

Cédric 25/03/2012

Excellent !


J'ajoute que pour moi, les premiers qui ont découvert l'"Amérique" sont les premiers qui ont foulé son sol !

Détails ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_peuplement_de_l%27Am%C3%A9rique

Et puis pour l'origine du nom "Amérique", on ira là : http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Waldseem%C3%BCller

On peut dire en effet que c'est bien Martin Waldseemüller qui inventa l'Amérique ! ;-)

bon dimanche.

Axel 25/03/2012

Aaah... La bande annonce de Valhalla rising !
Je crois me souvenir d'un certain chêne parlant disant : "c'est quoi ce truc ?.. C'est nul... Plein de clichés... Il n'y a quasi pas de dialogues".

Mais les vertus pédagogiques de cette bande annonce sont terribles....
Imaginant l'élève terrorisé par ces têtes tranchées, ces macchabées aux yeux vides, à ces subtils coups de haches, ces corps transpercés de flèches et ces crucifix brandis aux nues pour conjurer
l’angoisse insoutenable...

constance 26/03/2012

A l'évidence, Virginie, vous avez raison :).

Quelle attitude adopter face aux cahiers de nos enfants ? Peut-être leur faire comprendre qu'il faut user son esprit critique (aussi) sur ce que l'on apprend à l'école. Difficile.

Cédric 26/03/2012

A Constance > D'abord apprendre ce qu'on nous enseigne, ensuite seulement tout remettre en question et tout réapprendre par soi-même...

Axel Evigiran 26/03/2012

"tout remettre en question et tout réapprendre par soi-même... "

Tout est peut-être un peu excessif :)

Virginie 26/03/2012

Peser, juger, saisir n’est pas un frein à l’apprentissage, ça le galvanise au contraire.

Chère Constance,

Le maître doit faire preuve d’esprit critique sur ses apprentissages et sur les manières de les transmettre, ce genre d’analyse critique lui est même demandé.
L’enseignant est le maître de ses apprentissages.

Faire preuve d’esprit critique face aux livres est naturellement conseillé.

Le but de mon article n’est pas de dire « Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique » ou « a découvert l’Amérique », le but est de m’interroger et d’interroger l’intern’autre sur le sens des
mots, sur le sens – profond – des choses. Sur ce qu’entraîne tel ou tel vocable.

J’éprouve un besoin - quasi obsessionnel – de décortiquer, mâcher, mastiquer, savourer – ou pour le dire comme Nietzsche ruminer - ce que l’on me dit, ce que je pense ou fais. (Raison pourquoi, on
me dit souvent gentiment que « je suis à la masse », ce qui est au demeurant fort juste.).

Raison pourquoi, je me sens si proche des philosophes et – entre autre - de Frédéric Schiffter.

La valeur de la philosophie tout comme l’enseignement, à mon sens, se situe dans leurs capacités à interroger, leurs encouragements à apprendre – cette invite à penser.

Interroger cette phase « Christophe Colomb a découvert l’Amérique en 1492. » ne veut pas dire affirmer aux élèves ou aux enfants : « Tu vois, c’est du grand n’importe quoi ! Pfff ! » Et tout
balayer d’un haussement d’épaules.
C’est plutôt leur expliquer les influences dont nous n’avons pas conscience :
« Tu vois si on dit cela, ça sous-entend cela, parce que…
Et si l’on dit plutôt cela, ça sous-entend autre chose…. parce que… »

Evidemment, si un parent aborde frontalement sous la forme de la négation ce qui est dit à l’école à son enfant, ce serait non seulement contre-productif (je ne donne pas cher des résultats des
futures évaluations de ce dernier), mais une grave erreur, voire une sottise. A l’école, il s’agit de construire avant de déconstruire.

En revanche, aller jusqu’au bout du sens de ce qui est dit, réfléchir sur les mots, leurs implications – saisir les nuances - ça oui, c’est positif.

Il faut absolument miser sur l’intelligence des individus, ces derniers font très bien la différence entre les formes culturelles nécessaires et les subtilités que cela entraîne. Ils entrent alors
– non pas dans la méfiance de ce qui est dit - mais dans l’analyse des possibles et impossibles, dans la critique constructive. Bref, dans une véritable intelligence.

C’est ce qui constitue la différence entre un monde fait de défiance – polémique – et trivial - et celui beaucoup plus intéressant de culture, d’analyse, bref de pensée.

Un monde de pensées / penser – telle est mon utopie.

Et je vous remercie – Chère Constance –d’avoir contribué au sujet de cet article.
Tant je me rends compte – à présent – de l’ambiguïté du propos.

Construire et penser, c’est ce qui importe.

Excellente soirée à vous. :)

Cédric 26/03/2012

A Axel > Pertinente remarque. Je remplace "tout" ( l'étendue des connaissances humaines étant trop vaste pour que le "tout remettre en question" soit possible ) par l'essentiel.

Reste à définir "l'essentiel" (qui sera évidemment propre à chacun )...

La dimension de l'essentiel pouvant tendre vers le tout...

constance 26/03/2012

Bonsoir Virginie, Axel, Cédric,

Chère Virginie, je vous remercie d'avoir pris de votre temps pour me répondre si amplement. Il y a là un contraste qu'il faut (vous avez raison, j'ai ce défaut :-) également avec celui d'une trop
grande fidélité) ruminer. L'école a pour but de poser les bases du développement de notre esprit. Je crois que la première des justices pour un enfant est l'égalité des savoirs.

Cependant, jamais je n'oublierai ce que je dois à celui qui m'a fait penser, un professeur qui a misé sur moi, qui m'a interrogé. D'où la grande importance du maître. :)


Oui, Cédric, il faut apprendre ce que l'école nous enseigne. On peut aussi (aussi s'entend comme un ajout, un bénéfice supplémentaire :)) apprendre en dehors de l'école, apprendre tous les jours,
toute sa vie. En avoir le désir.

Bonne soirée - Amicalement
Constance

constance 26/03/2012

Je sais que l'un de vos articles en parle, je vous laisse ce lien http://www.vousnousils.fr/2012/03/23/echec-scolaire-comment-motiver-un-cancre-524185

Alfonso 27/03/2012

L'autre jour, sur la table de la cuisine, il y a l'exercice de math du grand frère (CM2).
3 solutions sont proposées, avec 3 développements détaillés.
Il faut :
1) Trouver la bonne réponse parmi les 3 proposées (A. B. C)
2) Expliquer les erreurs de raisonnement des deux propositions qui mènent à des solutions fausses.

À la fin, assez exalté, j'ai expliqué que ce qui est important c'est pas tellement la bonne réponse mais le cheminement qui y conduit. Et surtout de bien analyser les voies souvent attrayantes,
magnifiques et tellement évidentes qui conduisent à des solutions fausses. Je ne sais pas si le message est passé. Mais quel bon moment.

nota bene 1 : si ça intéresse quelqu'un je peux lui transmettre l'exercice (trouver la distance d'une clôture qui entoure une piscine).
nota bene 2 ; Axel et Virginie, ensemble !. Alors ça c'est une découverte.

Virginie 27/03/2012

Cher Alfonso,

Vous voici bien matinal, souffririez-vous de quelques insomnies ?
Votre exercice semble effectivement bigrement intéressant… (Vous pouvez bien évidemment me l’envoyer. cf contact.)

Nota bene :
Ne seriez-vous point du genre à faire les devoirs de votre fille à sa place ?

Bonne soirée à vous, Virginie.

Frédéric Schiffter 30/03/2012

Chère Virginie,

L'esprit critique, en ce qui me concerne, a des limites. Il ne faudra pas compter sur moi pour remettre en question des théories d'astrophysique, de biologie moléculaire, de géométrie euclidienne
ou non euclidienne et d'autres sciences dures.

En revanche, je flaire assez aisément une arnaque intellectuelle qui avance sous le faux-nez d'une science. C'est le cas de certaines philosophies, ou, plutôt, de certains philosophes qui, par
exemple, s'emparent des neuro-sciences pour re-penser la conscience ou l'intelligence humaine et, ainsi, soit discréditer un courant de pensée, soit, au contraire, l'étoffer de données prétendument
expérimentales. Le pompon revient à ces scientifiques qui s'emparent d'une philosophie ou d'un philosophe pour l'armer de leur discipline. À ce sujet, il y a un type, dont j'ai oublié le nom, qui
se recommande de Spinoza, contre Descartes, pour donner des lettres de noblesse philosophiques à la neurobiologie et une caution "neurobiologique" à Spinoza. C'est crétin, mais cela impressionne
les jobards qui ne savent rien de Spinoza et de la neurobiologie. De plus, même s'ils ignorent tout autant Descartes, ils éprouvent une certaine joie intellectuelle à se dire qu'il est enfin
enfoncé, dépassé, disqualifié — que leur a fait au juste l'auteur des "Méditations métaphysiques"? Mystère et confiture.

Je sais bien que l'historien de la philosophie des sciences, Alexandre Koyré, disait que "la philosophie se nourrit de tout ce qui n'est pas la philosophie" mais il entendait aussi que les
philosophes gardassent la tête froide quand ils tâchaient de comprendre une théorie scientifique. Car, plus une théorie s'avère complexe et, par là, obscure, plus la tentation est grande
d'extrapoler et de spéculer sur le plan métaphysique. Bergson, par exemple, s'est ridiculisé en polémiquant avec Einstein sur la question de la relativité, de même qu'en s'attaquant aux lois de la
thermodynamique et au concept d'entropie. Il n'aimait pas l'idée que l'univers s'acheminait vers une glaciation énergétique. Cela contrariait les plans qu'il avait tracés pour lui. Bergson, encore,
resta modéré. Mais le champion toute catégorie du délire métaphysico-théologico-physique fut le père Teilhard de Chardin.

Personnellement, en ma qualité de philosophe sans qualités, ce qui m'intéresse c'est moins le contenu des théories scientifiques que la logique de leur découverte. Que cherche-t-on? Pourquoi le
cherche-t-on? Comment? Étant donné mon peu de compétence en matière de sciences exactes, mon intérêt se porte particulièrement sur les sciences humaines: psychologie, sociologie, histoire — ces
sciences d'autant plus problématiques que le sujet de la connaissance en est en même temps l'objet.

Mais voilà des considérations bien sérieuses pour un beau matin de printemps salué en fanfare par des oiseaux totalement dénués de discrétion.

À bientôt, chère Virgine

Virginie 31/03/2012

C’est bien le sens de mon article et ma vision du monde également, cher Frédéric.

Il existe effectivement un tas de boursouflés de la plume, d’auteurs de file-aux-sots-failles qui se servent de concepts alambiqués pour enfumer les « masses ».
Jean-Léon Beauvois parle de langage ou de piège « à – bs – cons ».

Je me demande si la personne dont vous parlez ne serait pas… Henri Atlan.
Mais peut-être me trompe-je ?

Une autre espèce du même genre : les mollah-de-la-science.
Et lorsqu’on croit avoir dépassé ce sempiternel « marron d’inde » qu’est le tout génétique vs le tout culturel, l’un de ces cuistres débarque – étude en main – pour nous certifier que le gène de «
l’intelligence » existe.

Bien à vous, Virginie.

Nota : Ici quelques pinsons s’égosillent à n’en plus finir : il faut bien marquer son territoire.

anonymous 18/05/2014

le premier est vraiment bien je reviendrais sur ce site. :D

le chêne parlant 20/05/2014

Merci, cher Anonyme,

Au plaisir de vous lire, également.

Présentation

  • : Le chêne parlant
  • Le chêne parlant
  • : Blog pédagogique : Virginie Glaine. Enseignante, professeur des écoles. titulaire du CAPA-SH et du CAFIPEMF (mémoire : 'Les sciences à l'école)
  • Contact

Introduction.

L’éducation, dans son étymologie même, c’est : «Educere, ex-ducere, c’est conduire « hors de » rappelle le philosophe Henri Pena-Ruiz dans Le Philosophoire. Charles Coutel parle quant à lui d'[Educarea] ēdŭcāre ‘prendre soin de l’ignorance de l’élève’. "Le rôle de l’éducation - dit-il - c’est de me disposer à mon humanité en moi grâce à mon instruction." Ecoutons George Sand… « Mes pensées avaient pris ce cours, et je ne m'apercevais pas que cette confiance dans l'éducabilité de l'homme était fortifiée en moi par des influences extérieures. » George Sand, La mare au diable, Folio Classique, 892, P 37. Ce blogue se propose de partager des outils pédagogiques, des moments d'expériences, des savoirs, des lectures, de transmettre des informations relatives à la pédagogie ordinaire et spécialisée, des idées d’activités dans les classes allant du CP au CM2 en passant par la CLIS. Enfin, on y trouvera aussi quelques pensées plus personnelles. « Notre savoir est toujours provisoire, il n'a pas de fin. Ce n'est pas l'âge qui est le facteur déterminant de nos conceptions ; le nombre de « rencontres » que nous avons eues avec tel ou tel savoir l'est davantage, ainsi que la qualité de l'aide que nous avons eues pour les interpréter... » Britt-Mari Barth, le savoir en construction. ________________________________________________________________________________________________ 1 Le Philosophoire, L’éducation, n° 33, P16 2 P 52, Britt-Mari Barth – Le savoir en construction – Retz – Paris – 2004 – Isbn : 978725622347

Contributions et Partenariats.

Contributions gracieuses : Magazine Slow-classes. Numéro 1 Faire Mouche en géométrie et 2. Le moulinet à vent : mettre des mathématiques dans les voiles. ....... SLOW CLASSES : Slow Classes __________________________________________ Partenariat gracieux Philosophie Magazine. Philomag ________________________________________

Blogs voisins

Silapédagogie silapédagogie Aider ses élèves. com, un site de mathématiques créé par Marc Godin, chercheur en mathématiques, ce dernier est pointu et passionnant. Aider ses élèves . com Document Aider ses élèves . com - document

Emissions à écouter

___ Gai savoir Raphaël Enthoven - Paula Raiman et les indispensables Nouveaux chemins de la connaissance. Gai savoir ................................................................. Les nouveaux chemins de la connaissance - Adèle Van Reeth Les nouveaux chemins d'Adèle Van Reeth

Sites plus

Jaques Darriulat Jacques Darriulat _________________________________________ Philolog Philolog _______________________________________ Le lorgnon mélancolique. Le lorgnon mélancolique