Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 08:02

Le monde et la vie sont trop sombres pour théoriser triste…

 

Je remercie un collègue de m’avoir envoyé ce test de lecture (reproduit en gras) qui conforte – de manière magistrale - la thèse de Stanislas Dehaene : 

 

Test du Cerveau Gauche (S’appelle-t-il… 

                                                                     Sérieux, non ? ).

 

Très bon pour la concentration (ça ne fait jamais de mal de brosser l’internaute - MALIN ! -dans le sens du poil !), surtout le deuxième paragraphe.

Lecture globale plus que globale : peux-tu lire ce texte ? Et l'autre dessous ? 

Amusez-vous....... syoez fuos et pnreez 5 mutines puor lrie !

AUUCN PORBELME ET VUOS ?  (Non plus..)

 Les mystères du cerveau humain… (Que de mystère, en effet !) 

lecture = lcetrue (Oh, oh mais que vois-je, ne serait-ce du syllabique ? Remarquez combien l’ordre des syllabes a été respecté.)

Ce paragraphe, tu l'as certainement lu et réussi à le lire un jour ou l'autre. En voici un autre semblable...vu ton âge qui avance, vois si ta mémoire est encore alerte. 

… cuocuo (Coucou, quel mélange, en effet !)

…si vuos pvueoz lrie ccei, vuos aevz asusi nu dôrle de cvreeau. Puveoz-vuos lrie ceci ? eleuemnt 56 porsnenes sur cnet en snot cpalabes (Les 46 restantes ont vraiment du soucis à se faire). Je n'en cyoaris pas mes yuex (Non ?) que je sios cabaple de rpormendre ce que je liasis. Le povuoir phoémanénl du crveeau huamin. Soeln une rcheerche fiat à l'Unievristé de Cmabridge (une citation universitaire, ça fait toujours sérieux !), il n'y a pas d'iromtpance sur l'odrre dnas luqeel les lerttes snot, la suele cohse imotprante est que la priremère et la derènire letrte du mot siot à la bnone palce. La raoisn est que le ceverau hmauin ne lit pas les mtos par letrte mias ptuôlt cmome un tuot. Étonannt n'est-ce pas (Ca alors…) ? Et moi qui ai tujoours psneé que svaoir élpeer éatit ipomratnt ! Si vuos poevuz le lrie, fitaes le svirue !!! Combien ont réussi à lire ce paragraphe ? 

 

Le plus souriant… c’est qu’avec ce texte (du cerveau gauche !), il avancent l’idée selon laquelle ce dernier serait écrit en global (que l’on lirait les mots comme un tout). C’est tout le contraire qui est produit ici. 

Démonstration : 

dôrle de cvreeau : drôle de cerveau (l’ordre des syllabes est conservé, il y a inversion de rô en ôr – quant à cerveau, le eau est conservé, il n’y a que le « e » qui ait été déplacé.

 

Conclusion : les lettres n’ont pas été mélangées comme – les auteurs l’annoncent – n’importe comment mais bien d’une manière syllabique. 

 

Ceci est encore plus visible dans le second texte :

 

 

Deuxième dessous (Formulation étrange, mais conforme au texte de base.)

Voilà de quoi stimuler ton cerveau avant de commencer une nouvelle semaine ! 

Si tu arrives à lire ceci, tu as l'hémisphère gauche bien développé (Merci , pas de quoi !) ! Vous devez le transférer uniquement si vous réussissez à lire ce message. Il paraît que si vous y réussissez, cela indique que vous avez l'hémisphère gauche bien développé et que vous êtes intelligent (Ah, ça, c’est gentil !)  . Si vous réussissez à lire les premiers mots, le cerveau déchiffre les autres. Amusez-vous ! 

 

UN B34U JOUR D'373,   (Un beau jour d’été…)  Là encore l’ordre est respecté.

 

Pour lire la suite, facile, le cerveau (gauche, paraît-il) travaille par inférences…

J'37415 5UR L4 PL4G3 (plage, forcément, un jour d’été…

Je regardais deux jeunes filles jouant, etc.) 37 J3 R3G4RD415 D3UX J3UN35 F1LL35 JOU4N7 D4N5 L3 54BL3. 3LL35 CON57RU15413N7 UN CHÂ734U D3 54BL3, 4V3C 7OUR5, P4554G35 C4CH35 37 PON7-L3V15. 4LOR5 QU'3LL35 73RM1N413N7, UN3 V4GU3 357 4RR1V33 37 4 7OU7 D37RU17, R3DU154N7 L3 CH4734U 3N UN 745 D3 54BL3 37 D'3CUM3. J'41 CRU QU'4PR35 74N7 D'3FFOR7, L35 F1LL37735 COM3NÇ3R413N7 4 PL3UR3R, M415 4U CON7R41R3 3LL35 COURRUR3N7 5UR L4 PL4G3, R14N7 37 JOU4N7 37 COMM3NÇ3R3N7 4 CON57RU1R3 UN 4U7R3 CHÂ734U. J'41 COMPR15 QU3 J3 V3N415 D'4PPR3NDR3 UN3 GR4ND3 L3ÇON. NOU5 P455ON5 UN3 GR4ND3 P4R713 D3 NO7R3 V13 4 CON57RU1R3 D35 CHO535 M415 LOR5QU3 PLU5 74RD UN3 V4GU3 L35 D3MOL17, L35 53UL35 CHO535 QU1 R3573N7 5ON7 L'4M1713, L'4MOUR 37 L'4FF3C71ON 37 L35 M41N5 D35 G3N5 QU1 5ON7 C4P4BL35 (ca-pa-ble : 100% syllabique, fonctionnement par bigrammes ! La plupart des substitutions n’excèdent pas 2 chiffres, 3 maxi. Pour « CHÂ734U D3 54BL3 » la présence du mot sable, évoque instantanément l’idée de château, confirmé par la présence du « â. » ) D3 NOU5 F41R3 5OUR1R3 (De-nous-fai-re-sou-ri-re… :-)) ). 

 

SI TU N'AS PAS RÉUSSI À LE DÉCHIFFRER, NE LE RETRANSMETS PAS. 

 

Mais comme j’ai réussi, je me permets : merci pour cette magistrale démonstration de la validité des thèses de Monsieur Dehaene.

 

Sur cette vidéo Liliane Sprenger-Charolles,

directrice de recherche au CNRS,

reprend les grandes lignes des mécanismes de la lecture. 

Procédure lexicale et sublexicale.

 

"La procédure lexicale n'est pas une procédure visuelle globale."
 
Sur cette vidéo, nous voyons Stanislas Dehaene expliquer quel circuit cérébral est mobilisé pour lire... Il s'agit effectivement bien de la région de l'hémisphère gauche !
 
"Tous les bons lecteurs activent cette région occipito-temporale gauche...On apprend à lire... en lisant !...Ce qui est appris, ce n'est pas la forme - le contour - du mot, c'est une décomposition hiérarchique du mot.
[6min 30 : On voit comment le cerveau s'y prend pour lire. C'est la forme des objets, puis celle des lettres qui compte ] Il y a une composition hiérarchique de la reconnaissance du mot... des détecteurs de traits, il y a des détecteurs de conjonction de traits... 
 On a une illusion de lecture globale. Chez l'adulte, il n'y a plus d'effet du nombre de lettres !"  
----------------
Pour creuser la question....
 
 

 

Les méthodes globales et semi-globales sont-elles nuisibles ?

 

Voyage au bout de la lecture avec Stanislas Dehaene.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le chêne parlant - dans lecture - écriture
commenter cet article

commentaires

Sébastien Lemoine 09/08/2017 19:28

La perception de l'enfant est globale (Claparède) bien qu'encore flou (Piaget).
D'où la méthode globale en pédagogie par le docteur belge Ovide Decroly.
Or, c'est seulement la pédagogie qui est méthode et globale et non pas la lecture.

Contrairement à ce qui est moult fois répété, Decroly n'a pas inventé de méthode de lecture. La lecture n'est pas une chose à part de la pédagogie de Decroly. Comme le rappelle Amélie Hamaïde dans les années 30 dans la troisième édition de « Méthode Decroly », il n'y a pas de technique de lecture.

Dans la méthode Decroly, l'apprentissage suit une « évolution naturelle ». On arrive à lire si on connaît préalablement les choses. D'où l'importance des « centres d'intérêts » soit de l'observation et des pratiques avant l'apprentissage de la lecture. Les textes pour la lecture vont ainsi retranscrire les expériences et les pratiques connues de l'enfant.

Sinon, si l'enfant sait décoder le mot et ne connaît pas le sens du mot, ce n'est pas lire, ce n'est pas un résultat escompté de la lecture. D'ailleurs, beaucoup d'élèves de SEGPA énoncent correctement et de manière fluide ce qu'ils décodent mais sont incapables de comprendre le texte qu'ils sont entrain d'énoncer. Ils ne savent donc pas lire.

Or, pour que l'on puisse comprendre ce qui est écrit dans les tests amusants, il faut déjà connaître globalement les mots.

Comprendre le mot seul « chipoclitochorodés » est bien plus compliqué que compendre la phrase « Les chipoclitochorodés snot des agules ulirelaunlice »,

et devient plus précis quand on ajoute plus de description « Les chipoclitochorodés snot des agules ulicelaunlires pratont des buocleirs »,

et si on en rajoute encore on sait de quoi on parle si on a connait un minimum de géologie :
« Les chipoclitochorodés snot des agules ulicelaunlires pratont des buocleirs qui une fios mrots denonnt la carie »,

et si on apporte ce qui est connu par tous tout le monde appréhende ce que cache derrière «Les chipoclitochorodés » ou alors on ira faire une recherche avec ce que l'on sait par la description :

« Les chipoclitochorodés snot des agules ulicelaunlires pratont des buocleirs qui une fios mrots denonnt la carie qui nuos sret à éricre au talabeu nior »

Si les résultats de la mesure sont justes, les conclusions de Stinalsas Dahenene tombent totalement dans l'erreur comme chaque conclusion de scientifiques qui œuvrent exclusivement dans l'empirisme c'est à dire sans prendre en compte la configuration globale de l'objet d'étude qui donne pourtant le cadre théorique permettant de comprendre les mesures.

Il fait donc exactement les mêmes erreurs que ceux qui prônent une méthode de lecture syllabique ou synthétique-analytique. Il est incapable de lire de le résultat de son expérience par le rejet de la théorie (du cadre global) dont le rejets des expériences, des pratiques, des observations et expérimentations précédentes.

Or, lorsque l'on encadre les mesures de Dehaene par la psychologie complexe (Claparède, Decroly, Piaget, Wallon, Vygotski, Zazzo), on s'aperçoit qu'il y a une confirmation des expérimentations précédentes (JE Segers, 1939 et 1948) soit une confirmation de la méthode globale de Decroly. Mais, aussi une confirmation de Mme Éveline Charmeux qui met la lecture et l'écriture au centre de la pédagogie.

Sinon, si on arrive à percevoir les mots dont les lettres sont mélangés, ça montre que le premier Mode Opératoire Naturel (Yves Richez, ISTE édition, 2017) déterminant à la lecture est le MoON spatiale. Les enfants dyslexiques même à fort QI seraient incapable de lire les phrases données. Par contre un aveugle le pourrait. Et l'autre mode important pour comprendre le sens de ses phrases est ensuite le MoON linguistique. Or, Mme Charmeux met en avant depuis l'importance de l'organisation spatiale et de la linguistique dans l'apprentissage de la lecture. On apprend à lire simplement en lisant et non en connaissant par chœur les éléments du moteur. L'analyse se fait a posteriori et non en premier.

pallet recycling 20/08/2014 13:28

I think there is a lot of difference between overall reading and syllabic reading. It was informative to know the difference between these two types of reading habits. It was fascinating to know the way human brain works according to the activities we do.

The speaking oak 22/08/2014 14:11

Dear pallet recycling,

I would add that the intricacies of the mind are complex.
When you have the conviction to be for you to give objects to know that your feelings are safe, you would immediately throw you into the arms of your research, the headlong embrace. Disclose the substance of the world. But how to approach - specifically - the powerful emotions that drive your thoughts ? An abstraction. How to say what is, for now, that the order of your pure spirit ? How to express a conviction ?
Do not you have to wait to have reached the substance before, revealing the essence ? Wait Kairos ?
Leave your research result, of course ?

The speaking oak 21/08/2014 15:35

Dear pallet recycling,


If you are interested in the human brain, I recommend emissions France Culture devoted to the topic.

http://www.franceculture.fr/emission-le-sens-des-choses

Jacques Attali shows himself particularly relevant. His remarks on the love of knowledge does not allow to question the role of emotions in this massive and indivisible election that pushes an individual to a research whatever happens against another and sometimes even beyond his own fears.

The emergence of a range of feelings without limit. The growing belief in the importance of such knowledge. These little nuggets culture you have become personal, you do not want to lose under any circumstances as you feed their unselfish wealth, their spirit is close to you, their contact, infinitely precious, you are now required.

Definitely not a mathematical equation, a cold calculation, in fact.

Cédric 02/02/2013 10:46


Merci beaucoup !


 


Je m'en vais de ce pas relire ce billet que vous m'indiquez !


 


Continuez longtemps et toujours, chère Virginie, à nous partager toutes ces connaissances !


 


Belle journée à vous.

le chêne lecteur 26/04/2014 16:01

Chère Christine,

C’est plaisir de vous lire.

Toutes vos anecdotes sont pleines de bon sens. L’écriture et la lecture sont des codes basés sur la topologie.

http://fotoforum.fr/photos/2014/04/26.59.jpg

Cette photographie de formes vues dans l’espace montre très bien, du moins est-ce la plus représentative que j’ai pu trouver, les lettres (L, I, T..) qu’il est possible d’imaginer à partir de cette géométrie.

Nous lisons en syllabique. De manière si rapide que cela ne se mesure pas en temporalité « ordinaire ».

Nous lisons également en circuit « parallèle ». C’est-à-dire que le cerveau va « comparer » un bigramme à une famille de mots commençant par ce bigramme. Par exemple :
Ba --- de bateau
--- de baobab
--- de banane
--- de baleine.

En fonction du contexte, le mot adéquat sera sélectionné de suite, d’où la rapidité de lecture en mode « expert ».

Des chercheurs se sont ainsi amusés à remplacer le mot « cheval » par « chenal », puis « canal » non pas une fois mais une vingtaine de fois dans un texte. Les lecteurs – nombreux - testés ne s’en sont pas rendus compte.

Cela est explicable : le cerveau rétablit de lui-même le mot adéquat, complète les images manquantes ou partielles.

Par exemple : il replace à l’endroit l’image enregistrée par la rétine « à l’envers ».
Il complète également « le point aveugle » : la tache aveugle [correspond à la partie de la rétine où s'insère le tractus optique (nerf optique) qui relaye les influx nerveux de la couche plexiforme interne jusqu'au cortex cérébral, ainsi que les vaisseaux sanguins arrivant à l'œil et quittant l'œil. Dans la pratique il s'agit donc d'une petite portion de la rétine qui est dépourvue de photorécepteurs et qui est ainsi complètement aveugle.]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Point_aveugle

Si le sujet de la lecture vous intéresse, je vous invite à visionner les excellentes vidéos de Stanislas Dehaene. J’ai rédigé plusieurs articles à ce sujet. En voici deux, vous en trouverez d’autres…

http://lecheneparlant.over-blog.com/article-voyage-au-bout-de-la-lecture-avec-stanislas-dehaene-105056302.html


http://lecheneparlant.over-blog.com/article-stanislas-dehaene-les-neurones-de-la-lecture-une-aide-a-la-comprehension-des-mecanismes-de-lecture-85117686.html

Excellente journée à vous, au plaisir de vous lire, bien amicalement, Virginie.

Christine 26/04/2014 09:37

Bonjour Virginie

J'étais persuadée pour ma part que nous décortiquions d'abord, puis une fois le mot décortiqué, nous le photographions... Donc, utilité d'une méthode Ba ba pour apprendre à lire, puis la mémoire photographique, ou globale (?) fait le reste... Mais, je fais cette réflexion alors que je ne suis pas du tout à la page ! (et de plus, je viens de lire votre article en diagonale, j'y reviendrai, assurément.)

Aussi, je me souviens avoir assisté à une conférence, il y a près de 10 ans, organisée par une association près de chez moi (APEDA Drôme, site en ligne) investie dans les problèmes de dys, et une orthophoniste chercheuse m'avait dit que les méthodes globales peuvent aider certains dyslexiques à apprendre à lire... Je n'ai pas creusé le sujet, mais peut-être le ferez-vous ? En tout cas, pour apprendre à lire (et écrire) semblent entrer en jeu, aussi bien nos capacités cognitives à discriminer phonèmes et graphèmes, à relier phonèmes / syllabes / graphèmes, mais aussi à mémoriser. D'où difficulté pour certains enfants dits "dys" lorsque la mémoire (alors laquelle, je ne me souviens plus !) est défaillante... (je suis un très bon exemple de mémoire défaillante...)

Autre chose également, pardonnez si je m'étale, mais pour partager ma petite et modeste expérience personnelle : je suis de ces enfants nés dans une famille immigrée, ne parlant point français aux premières heures de la vie, et qui pourtant, a su lire dès mon premier jour de cp. Comme un don du ciel. Mais je connaissais déjà mon alphabet depuis belle lurette et j'avais, d'après mes instits de l'époque, une mémoire d'éléphant... Hélas, le sens des mots m'échappait souvent, car j'avais de grosses lacunes en vocabulaire, ne parlant point français à la maison... Et très curieusement, peu de livres à la maison, si ce n'est un mode d'emploi d'une machine singer à couture, j'ai tout de même appris à adorer lire... Ce qui m'a sans doute sauvé ... Bref, bref ! ...

Sur ce, je deviens moins bête en vous lisant. Merci et très bon week end à vous, ou très bonnes vacances (ici en Drôme, c'est le cas) :-)

Christine

Le chêne parlant 02/02/2013 07:56


Cher Cédric,


 


Nous lisons bien en syllabique – par bigrammes. Les lettres que vous dites « mélangées n’importe comment » ne le sont pas.


 


La preuve ? 


 


Isolembpsi.. .  Quand les lettres d’un mot sont réellement mélangées au hasard il est impossible de le lire. 


 


Je détaille les conclusions des études réalisées par  Stanislas Dehaene dans plusieurs articles. Non seulement nous lisons en syllabique mais apprendre en globale est nocif (car cela
sollicite la reconnaissance des visages) et pas la topologie, nécessaire à l’apprentissage de la lecture.


 


Les méthodes globales et semi-globales sont-elles nuisibles ?


 


 


Bonne journée à vous. 

Cédric 01/02/2013 20:56


 


Voilà un billet qui m'avait échappé ! (Je n'étais pas encore un de vos fidèles lecteurs à l'époque ! ;-) )


 


Comme je l'évoque en commentaire chez Nuageneuf, les chiffres sont remplacés par des lettres qui leur ressemblent, qu'en serait-il autrement ? Lecture plus difficile voire impossible ?


 


Qnuat aux lttrees dnas le désrrdoe, même si eells snot tltmeaeont dnas le ddorrese, j'avirre à lrie.


Signe tout de même que le cerveau "reconnaît" le mot dans sa globalité, ou qu'il anticipe le mot suivant en se basant sur le contexte?  qu'en pensez-vous ?


 


Je viens de tomber sur ce lien intéressant que je vous partage : cliquer ici.


 


Voilà qui m'aidera peut-être à y voir plus clair.


 


Au plaisir ! :-)


 


 

constance 12/11/2011 10:06


J'ai tout lu sans problème, c'est grave ? :-))
ne dit-on pas que c'est quand plus rien n'a de prix que la valeur apparaît ? éloge des châteaux d'où naissent l'amitié et l'amour :)
bonne journée Virginie


Le chêne parlant 13/11/2011 09:06



Un grand merci pour ce commentaire chaleureux,
très bon dimanche, V.


Présentation

  • : Le chêne parlant
  • Le chêne parlant
  • : L'éclectisme au service de la pédagogie & L'art de suivre les chemins buissonniers. Blogue de Virginie Chrétien chrétien. Maître formatrice en lien avec l'ESPE de Lille. Rédactrice chez Slow Classes. Partenariat : philosophie Magazine. Écrivaine : La 6ème extinction - Virginie Oak.
  • Contact

Introduction.

L’éducation, dans son étymologie même, c’est : «Educere, ex-ducere, c’est conduire « hors de » rappelle le philosophe Henri Pena-Ruiz dans Le Philosophoire. Charles Coutel parle quant à lui d'[Educarea] ēdŭcāre ‘prendre soin de l’ignorance de l’élève’. "Le rôle de l’éducation - dit-il - c’est de me disposer à mon humanité en moi grâce à mon instruction." Ecoutons George Sand… « Mes pensées avaient pris ce cours, et je ne m'apercevais pas que cette confiance dans l'éducabilité de l'homme était fortifiée en moi par des influences extérieures. » George Sand, La mare au diable, Folio Classique, 892, P 37. Ce blogue se propose de partager des outils pédagogiques, des moments d'expériences, des savoirs, des lectures, de transmettre des informations relatives à la pédagogie ordinaire et spécialisée, des idées d’activités dans les classes allant du CP au CM2 en passant par la CLIS. Enfin, on y trouvera aussi quelques pensées plus personnelles. « Notre savoir est toujours provisoire, il n'a pas de fin. Ce n'est pas l'âge qui est le facteur déterminant de nos conceptions ; le nombre de « rencontres » que nous avons eues avec tel ou tel savoir l'est davantage, ainsi que la qualité de l'aide que nous avons eues pour les interpréter... » Britt-Mari Barth, le savoir en construction. ________________________________________________________________________________________________ 1 Le Philosophoire, L’éducation, n° 33, P16 2 P 52, Britt-Mari Barth – Le savoir en construction – Retz – Paris – 2004 – Isbn : 978725622347

Contributions et Partenariats.

Contributions gracieuses : Magazine Slow-classes. Numéro 1 Faire Mouche en géométrie et 2. Le moulinet à vent : mettre des mathématiques dans les voiles. ....... SLOW CLASSES : Slow Classes __________________________________________ Partenariat gracieux Philosophie Magazine. Philomag ________________________________________

Blogs voisins

Silapédagogie silapédagogie Aider ses élèves. com, un site de mathématiques créé par Marc Godin, chercheur en mathématiques, ce dernier est pointu et passionnant. Aider ses élèves . com Document Aider ses élèves . com - document

Emissions à écouter

___ Gai savoir Raphaël Enthoven - Paula Raiman et les indispensables Nouveaux chemins de la connaissance. Gai savoir ................................................................. Les nouveaux chemins de la connaissance - Adèle Van Reeth Les nouveaux chemins d'Adèle Van Reeth

Sites plus

Jaques Darriulat Jacques Darriulat _________________________________________ Philolog Philolog _______________________________________ Le lorgnon mélancolique. Le lorgnon mélancolique