Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 12:42

 

« La lecture, ça engage . »
Eric Marty,
Cité Philo,

13 / 11 / 11.

 

 

 

Un petit tourbillon de colère Barbara Brun   -   Charlotte Demanie

  

En ces temps d’ego surdimensionnés, d’exacerbation d’un moi sans autre, de droits dénués de devoirs, il ne paraît pas inutile de travailler sur l’image que peut renvoyer l’enfant « plein de colère » sur les autres.  

 

Luccia  « petite fille très capricieuse…toujours de très mauvaise humeur… n’étant jamais contente de rien… aimable pour personne… tap[ant] violemment des pieds et tourn[ant] sur elle-même, tel un petit tourbillon de colère. »

 

Bref, vous l’aurez compris, le genre de petite fille vraiment insupportable - et somme toute - que personne ne supporte plus, va faire une étrange découverte...

Par un curieux jeu de miroir - initié par une grand-mère lui faisant boire un breuvage étonnant…  - cette dernière va faire l’expérience de l’empathie - se transformer en « l’autre ».

Et quel autre !

 

 

Alors Luccia devint arbre (végétal), Lama (animal), flûte (objet), puis Sandro (humain)… son petit frère.

 

 

Elle comprit alors, quelle abominable créature (dragon) elle avait été jusqu’alors.

 

Ce livre « sensible » par ses images, son thème, son écriture, peut être l’occasion d’une discussion très profitable sur ce qu’est le « vivre ensemble ». Sur ce que cela induit d’efforts comportementaux et de « communication / communion » avec l’autre.

Bien évidemment, il ne s’agit pas de tomber dans l’idéalisme mièvre du « Tout le monde, il est beau. Tout le monde il est gentil. »

 

Naturellement, Carlo Ginzburg (historien) a raison de nous mettre en garde contre l’empathie.

« L’empathie – dit-il - n’existe pas . c’est un mot piège. Il y a des limites d’identification (j’en ai déjà souligné l’effectivité à propos du langage) ; il a toujours une distance avec l’individu. »  
Cité philo – 20 / 11 / 11 « Pratiques – métiers – œuvres : Ginzburg un penseur aux confins de l’histoire. »

 

Evidemment – oui – le concept est piégeant. L’apparence de « bons sentiments » peut masquer bien des médiocrités intellectuelles (telles l’absence de penser ou l’achat d’une conscience à bon compte, à peu de frais.)

Néanmoins, le manque actuel d’interactions sociales, l’expérience trop fréquente non pas d’enfants faisant partie d’un groupe social mais d’une accumulation – juxtaposition – d’individus singuliers (dans le sens d’entités compartimentées, cloisonnées)  à peine socialisés pousse à (ré)agir.

C’est justement parce que le monde est désespérément désespérant (pour ma part, les choses sont claires depuis mes 7 ans), que l’on se doit de travailler sur les règles, les devoirs, prendre conscience de ce que nos actions provoquent sur les autres, bref, entrer dans « l’entendement » de ce qu’est l’autre. Avancer dans « l’aventure humaine ». Ne rien lâcher.

Parce que le monde est aussi celui que l’on (se) construit.

 

Au reste, peut-être devrions-nous parler d’altérité plutôt que d’empathie ? Danièle Sallenave écrit à ce propos :
"Je reconnais en toi, qui es en face de moi, une conscience qui est égale à la mienne. C'est ce qui est refusé quand on vous regarde « de haut » ou « froidement », quand on a l'impression qu'on « ne vous voit même pas » ( chose qu'expérimentent, par exemple, les vieux)." P 87.

 Danièle Sallenave, Nous on n'aime pas lire, Gallimard, 2009.

 

Aussi, le choc d’une image, d’une histoire, d’un album, d’une discussion peuvent-ils être l’occasion de « réfléchir » des pensées autres, de pointer des comportements réflexes, de construire un nouveau rapport aux autres.

Créer des signes qui poussent à penser l’égoïsme et la haine, de remettre ses gestes en question.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le chêne parlant - dans Albums
commenter cet article

commentaires

The speking oak 27/06/2014 20:27

Dear click,

We are the stuff of our research and our failures.
This afternoon, the landscape of my consciousness was full of stagnation and resolutely empty. Piaget did not even hooked an ounce of my criticism - that says it all. All around me rustled the vortex of an absence.

click 27/06/2014 13:31

wow Charlotte’s novel has to make me to accept the things that appear bitter to us. In reality certain things happen which we never wanted to happen but has to happen for a reason. We always wanted to the one main reason for the things that are happened and made us depressed.

Présentation

  • : Le chêne parlant
  • Le chêne parlant
  • : L'éclectisme au service de la pédagogie & L'art de suivre les chemins buissonniers. Blogue de Virginie Chrétien chrétien. Maître formatrice en lien avec l'ESPE de Lille. Rédactrice chez Slow Classes. Partenariat : philosophie Magazine. Écrivaine : La 6ème extinction - Virginie Oak.
  • Contact

Introduction.

L’éducation, dans son étymologie même, c’est : «Educere, ex-ducere, c’est conduire « hors de » rappelle le philosophe Henri Pena-Ruiz dans Le Philosophoire. Charles Coutel parle quant à lui d'[Educarea] ēdŭcāre ‘prendre soin de l’ignorance de l’élève’. "Le rôle de l’éducation - dit-il - c’est de me disposer à mon humanité en moi grâce à mon instruction." Ecoutons George Sand… « Mes pensées avaient pris ce cours, et je ne m'apercevais pas que cette confiance dans l'éducabilité de l'homme était fortifiée en moi par des influences extérieures. » George Sand, La mare au diable, Folio Classique, 892, P 37. Ce blogue se propose de partager des outils pédagogiques, des moments d'expériences, des savoirs, des lectures, de transmettre des informations relatives à la pédagogie ordinaire et spécialisée, des idées d’activités dans les classes allant du CP au CM2 en passant par la CLIS. Enfin, on y trouvera aussi quelques pensées plus personnelles. « Notre savoir est toujours provisoire, il n'a pas de fin. Ce n'est pas l'âge qui est le facteur déterminant de nos conceptions ; le nombre de « rencontres » que nous avons eues avec tel ou tel savoir l'est davantage, ainsi que la qualité de l'aide que nous avons eues pour les interpréter... » Britt-Mari Barth, le savoir en construction. ________________________________________________________________________________________________ 1 Le Philosophoire, L’éducation, n° 33, P16 2 P 52, Britt-Mari Barth – Le savoir en construction – Retz – Paris – 2004 – Isbn : 978725622347

Contributions et Partenariats.

Contributions gracieuses : Magazine Slow-classes. Numéro 1 Faire Mouche en géométrie et 2. Le moulinet à vent : mettre des mathématiques dans les voiles. ....... SLOW CLASSES : Slow Classes __________________________________________ Partenariat gracieux Philosophie Magazine. Philomag ________________________________________

Blogs voisins

Silapédagogie silapédagogie Aider ses élèves. com, un site de mathématiques créé par Marc Godin, chercheur en mathématiques, ce dernier est pointu et passionnant. Aider ses élèves . com Document Aider ses élèves . com - document

Emissions à écouter

___ Gai savoir Raphaël Enthoven - Paula Raiman et les indispensables Nouveaux chemins de la connaissance. Gai savoir ................................................................. Les nouveaux chemins de la connaissance - Adèle Van Reeth Les nouveaux chemins d'Adèle Van Reeth

Sites plus

Jaques Darriulat Jacques Darriulat _________________________________________ Philolog Philolog _______________________________________ Le lorgnon mélancolique. Le lorgnon mélancolique