Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 05:37

 

Bruegel--La-Parabole-des-aveugles--1568.jpgL’  «esprit et l'existence sont des reflets de la culture

et de l'histoire tout autant que la biologie

et les capacités physiques. […]  

La culture donne forme à l'esprit »,

Jérôme S Bruner,

Esthel, Paris, 1991

 

A chaque décennie, tout devient moins bien, les années retranchent, enlèvent, abaissent, rendent les connaissances imprécises. Montée en spectre des faiblesses, des retards, de l’inconsistance… Le temps est une malédiction où la matière est forcément perdante, où l’intelligence s’altère, où la cervelle se détache en cinquante nuisances de gris : flétrissure, ralentissement, fatigue, pensée trouble, paresse du souvenir, indolence, initiative en berne, frilosité...

 

Sauver – ce qui peut l’être encore. Eviter les plus graves inconvénients.

Combattre les sournois assauts à force de vitamine E, absorption de pilules et autres coaches sportifs employés à haute dose. Dieu merci, les machines et artifices de toutes sortes destinés à conjurer le ramollissement cellulaire - et à effacer les plis - existent. Investissement frénétique, pour se faire un masque acceptable. 

 

Est-ce que ça le vaut bien ? Ou est-ce repeindre les murs à l’or fin lorsqu’il y a des trous dans le plafond ?     

 

En archéologue du présent et en conservateur du porte-monnaie, l’homme finit par creuser la question. L’érosion est-elle inéluctable  ? Vivre longtemps constitue-t-il vraiment un inconvénient ? 

 

Fini l’artifice – l’espoir – direction la science  avec Catherine Vidal pour guide. 

 

Catherine Vidal – 1*

      Catherine Vidal  – La plasticité.

Conférence Citephilo du 20 décembre 2012 - Salle d'Anchin, Douai.     

"Chaque neurone est connecté à 10 000 autres.

Nous avons 100 milliards de neurones.

90% de nos synapses se fabriquent après la naissance.

L’interaction avec l’environnement et l’apprentissage sont primordiaux dans la construction de notre cerveau.

L’apprentissage entraîne un épaississement des régions du cerveau. Ce dernier est proportionnel au temps passé."

 

L’inconvénient se fragmente. L’âge résonnerait-il comme un avantage ? C’est le parti pris de Régis Debray 2* « le radoteur, à son insu, innove. C’est en oubliant qu’on répète, c’est en se souvenant qu’on invente. » p 107. La faculté de juger, la construction critique se forgent avec lenteur, savoir-faire. C’est moins la frappe de l’acier sur l’enclume qui révèlera les qualités insoupçonnées de la matière que la dextérité avec laquelle la main gauche tournera la lame, présentera le métal au travail du marteau ou l’en extraira. L’expérience fonde la réputation du forgeron. 

 

Parcourir le monde – en flânant, de large en travers – loin d’anéantir le savoir l’affine donc, aiguise la réflexion. La complexité des lieux s’archive dans les mémoires. 

« Archive, détail piquant – souligne Régis Debray - vient de archè, en grec, le début (continuons le combat). » p 46 

 

L’espace s’enrichit de perspectives. 

 

Catherine Vidal  - Déterminés par la biologie ou le culturel ? 

 

"Le développement du cerveau n’est pas contrôlé de façon stricte par un programme génétique."

 

Vidéo  - Interaction avec le monde social.

 

 « Chez l’adulte – souligne la Directrice de recherches au CNRS - on estime à un million de milliards le nombre des synapses ! Or, pour atteindre ces chiffres astronomiques, seulement six mille gènes interviennent dans la construction du cerveau. Ce n’est manifestement pas assez pour contrôler la formation de chacune de nos milliards de synapses. Ces observations montrent que le devenir de nos neurones n’est pas directement dépendant du programme génétique. » 4* p 26.

 

Sur la carte de l’intellect, un monde émerge. « Le cerveau se modifie en fonction des expériences de chacun… »     

 

 Redon et les astrocytes – Jean Claude Ameisen.

 

Le gai savoir s’inscrit en un parcours fait de pierres, de vie, de verdure, de ruines, de montagnes et d’ombres dont les plis donnent du relief – une densité - nous renseignent sur les obstacles, les couleurs du terrain, nous aident à nous situer. La carte, lentement dressée - a la puissance d’un plan Le temporel aigre-doux, courbe, borde et dégage la nature du sol. L’œil devient vision : mesure les distances, identifie les pièges et les précipices, prévient des égarements, permet les retours. La trajectoire devient visible – au moins jusqu’à l’horizon. 

 

             Au fond, l’âge – l’expérience –  dessinent l’accident sur lequel on se trouve. Un paysage où l’on se promène, s’abandonne avec lenteur au sens, au jugement sûr, où l’on verse vers la clairvoyance.  

 

                   La vieillesse, n’est-ce pas la liberté, n’est-ce pas marcher non aveuglément ? 

 

-------------------------

 

 

 

 

      1 * « Quand le bébé humain voit le jour, il possède cent milliards de neurones qui cessent alors de se multiplier. Mais son cerveau est loin d'être terminé, car les connexions entre les neurones, ou synapses, commencent à peine à se former : seulement 10% d'entre elles sont présentes à la naissance. Les 90% restantes vont se construire progressivement jusqu'à l'âge de quinze-vingt ans. Dans un cerveau humain adulte, on estime à un million de milliards le nombre de synapses qui relient nos cent milliards de neurones ! En moyenne, chaque neurone est en communication avec dix mille autres. » p 66-67

 

 « … le cerveau n'est pas d'emblée câblé comme un  ordinateur et que rien n'est irrémédiablement figé. On parle de « plasticité » pour qualifier cette propriété du cerveau à se modeler en fonction de l'expérience vécue. » p 68.

 

« Cette plasticité cérébrale est à l'œuvre dans la vie quotidienne pour assurer l'apprentissage et la mémoire, mais aussi pour compenser des défaillances en cas de lésions cérébrales. Notre vision du cerveau est désormais celle d'un organe dynamique qui évolue tout au long de la vie. 

[…] Chez les violonistes, on observe un épaississement des régions spécialisées dans la motricité des doigts ainsi que dans l'audition et la vision. [G. Schlaug, « The brain of musicians : a model for functional and structural plasticity », Ann. NY Acad. Sci. Vol 930, 281-229, 2001.] De plus, ces modifications du cortex sont d'autant plus grandes que l'apprentissage du violon a commencé tôt. Le maximum est situé entre cinq et dix ans, c'est-à-dire à une tranche d'âge où la plasticité cérébrale est particulièrement prononcée. Mais, attention, cela ne veut pas dire que les enfants qui commencent le violon plus tard seront de moins bons musiciens. Simplement, d'autres stratégies d'apprentissage seront mises en jeu et d'autres régions cérébrales seront recrutées. » p 74.

 

« Les capacité d'apprentissage sont spectaculaires chez les enfants, mais peuvent l'être tout autant chez l'adulte. 

.. des individus qui apprennent à jongler avec trois balles : après deux mois de pratique, l'IRM montre un épaississement des régions spécialisées dans la vision et la coordination des mouvements des bras et des mains. Et si l'entraînement cesse, les zones précédemment épaissies régressent [B. Draganski et al., « Changes in grey matter induced by training », Nature, vo. 427, 2004, 311-312, 2004.].  Ainsi, la plasticité cérébrale se traduit non seulement par la mobilisation accrue de régions du cortex pour assurer une nouvelle fonction, mais aussi par des capacités de réversibilité quand la fonction n'est plus sollicitée. » p 75-76.

 

« L'ensemble de ces résultats illustre la dynamique du fonctionnement du cerveau dont les connexions se réorganisent en permanence dans le temps et dans l'espace, selon l'expérience propre à chacun.  [F. Ansermet, P. Magistretti, A chacun son cerveau, Odile Jacob, 2004.] Il en résulte qu'aucun cerveau ne ressemble à un autre. » p 78-79.

 

Sylviane Giampino et Catherine Vidal, « Nos enfants sous haute surveillance, Albin Michel, 2009, ISBN : 978-2-226-18999-8.

 

3*  Régis Debray - Le bel âge - Café Voltaire - Flammarion. 

 

4* Catherine Vidal, Hommes femmes, avons-nous le même cerveau ? Les petites pommes du savoir – Le pommier – Paris – 2012 – 978-2-7465-0625-1

 

-----------------------------

SITES

LDH Toulon

Citephilo - conférence salle d'Anchin à Douai du 20 décembre 2012 de Catherine Vidal.

Cerveau, sexe et préjugés. 

 


----------------------------

Rien n'est joué.

 La plasticité cérébrale ou la régénérescence du cerveau:

Pierre-Marie Lledo at TEDxParis 2012

       

Partager cet article

Repost 0
Published by Le chêne parlant - dans Recherche pédagogique - Sciences
commenter cet article

commentaires

Nuageneuf 27/06/2013 08:11


 


Bonjour et merci, chère Virginie... (Nuage ravi)

Le chêne parlant 27/06/2013 07:04


Une autre vision de l’Homme, celle qui ne met pas l’autre
dans des cases.


Une vision non marchande du monde et des êtres – cher Nuage.


 


 

Nuageneuf 26/06/2013 08:01


 


L'échange entre Le chêne émouvant et Axel est particulièrement savoureux. Il laisse sans voix tant il est de haute qualité. Mais j'enfonce des portes ouvertes...


C'est décidément un super plaisir de vous suivre tous deux.


 


Cordialement (ce mot n'est pas neutre; il signifie "avec le cœur")

Le chêne parlant 23/06/2013 18:55


Cher Homo latino,


 


M’est avis qu’il va me falloir passer un grand coup de balai.





Je vous garde en observation, pour le moment…

Axel 23/06/2013 10:23


« Vivre longtemps constitue-t-il vraiment un inconvénient ? ». Oui ! Trois oui (et d’ailleurs les dernières études montrent pour la première fois une diminution de l’espérance de vie en bonne
santé). 


 


 


Sinon, sur le cerveau : 



Présentation

  • : Le chêne parlant
  • Le chêne parlant
  • : L'éclectisme au service de la pédagogie & L'art de suivre les chemins buissonniers. Blogue de Virginie Chrétien chrétien. Maître formatrice en lien avec l'ESPE de Lille. Rédactrice chez Slow Classes. Partenariat : philosophie Magazine. Écrivaine : La 6ème extinction - Virginie Oak.
  • Contact

Introduction.

L’éducation, dans son étymologie même, c’est : «Educere, ex-ducere, c’est conduire « hors de » rappelle le philosophe Henri Pena-Ruiz dans Le Philosophoire. Charles Coutel parle quant à lui d'[Educarea] ēdŭcāre ‘prendre soin de l’ignorance de l’élève’. "Le rôle de l’éducation - dit-il - c’est de me disposer à mon humanité en moi grâce à mon instruction." Ecoutons George Sand… « Mes pensées avaient pris ce cours, et je ne m'apercevais pas que cette confiance dans l'éducabilité de l'homme était fortifiée en moi par des influences extérieures. » George Sand, La mare au diable, Folio Classique, 892, P 37. Ce blogue se propose de partager des outils pédagogiques, des moments d'expériences, des savoirs, des lectures, de transmettre des informations relatives à la pédagogie ordinaire et spécialisée, des idées d’activités dans les classes allant du CP au CM2 en passant par la CLIS. Enfin, on y trouvera aussi quelques pensées plus personnelles. « Notre savoir est toujours provisoire, il n'a pas de fin. Ce n'est pas l'âge qui est le facteur déterminant de nos conceptions ; le nombre de « rencontres » que nous avons eues avec tel ou tel savoir l'est davantage, ainsi que la qualité de l'aide que nous avons eues pour les interpréter... » Britt-Mari Barth, le savoir en construction. ________________________________________________________________________________________________ 1 Le Philosophoire, L’éducation, n° 33, P16 2 P 52, Britt-Mari Barth – Le savoir en construction – Retz – Paris – 2004 – Isbn : 978725622347

Contributions et Partenariats.

Contributions gracieuses : Magazine Slow-classes. Numéro 1 Faire Mouche en géométrie et 2. Le moulinet à vent : mettre des mathématiques dans les voiles. ....... SLOW CLASSES : Slow Classes __________________________________________ Partenariat gracieux Philosophie Magazine. Philomag ________________________________________

Blogs voisins

Silapédagogie silapédagogie Aider ses élèves. com, un site de mathématiques créé par Marc Godin, chercheur en mathématiques, ce dernier est pointu et passionnant. Aider ses élèves . com Document Aider ses élèves . com - document

Emissions à écouter

___ Gai savoir Raphaël Enthoven - Paula Raiman et les indispensables Nouveaux chemins de la connaissance. Gai savoir ................................................................. Les nouveaux chemins de la connaissance - Adèle Van Reeth Les nouveaux chemins d'Adèle Van Reeth

Sites plus

Jaques Darriulat Jacques Darriulat _________________________________________ Philolog Philolog _______________________________________ Le lorgnon mélancolique. Le lorgnon mélancolique